loading

Flash boursier

17/07/2017

L’essentiel en bref

 USD/CHFEUR/CHFSMIEURO STOXX 50DAX 30CAC 40FTSE 100S&P 500NASDAQNIKKEIMSCI Emerging markets
Dernier0.961.119'034.573'525.9412'631.725'235.317'378.392'459.276'312.4720'118.861'047.05
Tendance
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
%YTD-5.56%3.13%9.91%7.15%10.02%7.67%3.30%9.85%17.26%5.26%21.43%

 

En résumé :

1° Renforcement de l’activité économique mondiale
2° Progression de 6.9% de l’économie chinoise

Des perspectives d’inflation continuellement faibles

Le très attendu discours de la présidente de la Réserve fédérale américaine (Fed), Mme Janet Yellen, aura fourni d’importantes orientations aux investisseurs la semaine dernière.

Lors de son allocution semestrielle sur l’état de l’économie du Congrès, la présidente de la Fed a avant tout identifié un renforcement de l’activité économique – tant au niveau national qu’international – ainsi qu’une robustesse du marché du travail. Cependant, elle a aussi reconnu que les anticipations en termes d’inflation penchent à la baisse et rendent la normalisation de la politique monétaire potentiellement plus graduelle. Selon l’argentier, cette évolution des prix, qui reste au-dessous des objectifs de la Fed, devrait être temporaire car elle trouve son origine dans l’affaiblissement des prix de secteurs bien spécifiques, tels que la communication et les médicaments sur ordonnance. Ainsi, la Fed a prononcé un discours relativement plus accommodant qu’attendu. Sans surprise, les marchés ont très bien accueilli cette nouvelle.

Lors des prochains jours, d’autres annonces de banques centrales seront scrutées par les marchés. C’est le cas notamment de la Banque du Japon qui tiendra une importante réunion ce jeudi. Son président, M. Haruhiko Kuroda, devrait annoncer une amélioration des perspectives de l’économie nippone, alors que les prévisions d’inflation se réduisent à l’instar de celles des États-Unis.

La Banque centrale européenne se réunit quelques semaines après que son président, Mario Draghi, a laissé entendre que l’institution de Francfort pourrait commencer à réduire progressivement ses mesures extraordinaires, en réponse à une amélioration de l’activité économique et du climat des affaires. Aucune grande annonce n’est attendue.

Par ailleurs, l’économie chinoise a progressé de 6.9% au deuxième trimestre ; ce qui est au-dessus de l’objectif de croissance annualisée de 6.5%, décidé en mars par le gouvernement. La vigueur de l’économie de l’Empire du Milieu s’explique notamment par la croissance du marché immobilier et le dynamisme de l’investissement productif (+8.6%). Le secteur tertiaire a aussi enregistré une expansion supérieure aux attentes (7.7%).

Finalement, alors que la saison des résultats d’entreprises débute aux Etats-Unis, le secteur bancaire a enregistré de bons résultats globalement. Toutefois, les projections déçoivent car les banques prévoient une réduction des revenus d’intérêt et de négoce du fait d’une politique monétaire plus restrictive.

DKSH (ISIN : CH0126673539, prix : CHF 75.55)

La société a publié ses résultats sur les neuf premiers mois de son exercice. Ils sont Globalement conformes aux anticipations sauf en ce qui concerne la croissance organique positive de 2.8% qui s’inscrit en deçà des attentes.

Bien que le groupe soit confronté à quelques difficultés en Thaïlande (tensions politiques) et à Hong Kong où l’économie peine à redémarrer, l’argumentaire en faveur de la société reste intact.

L’Asie du sud bénéficie d’un développement rapide de sa classe moyenne, la zone géographique accroit son poids relatif dans l’économie mondiale et les entreprises ont tendance à sous-traiter les activités ne faisant pas partie de leur cœur de métier. DKSH offre toute la palette de services pour la sous-traitance du développement d’une activité commerciale qui va de la recherche à la vente, en passant par le marketing, la logistique et la distribution.

Le groupe capitalise sur une barrière à l’entrée sur ce créneau relativement élevée de par sa connaissance approfondie des législations locales, sa présence sur toute la chaine de valeur ainsi que de son système informatique intégré. La société est peu gourmande en CAPEX et loue l’essentiel de son infrastructure (locaux/dépôts/bâtiments).

Le repli du cours de CHF 86.- à CHF 75.50 offre un premier niveau d’achat. Pour les plus conservateurs un deuxième niveau d’achat se trouve plus bas dans la zone CHF 68-72.-

Alstom (ISIN : FR0010220475, prix : EUR 31.73)

Le groupe désormais recentré sur les équipements ferroviaires a annoncé des résultats solides.

Le bilan d’étape pour les trois premiers mois de l’exercice en cours fait apparaître un chiffre d’affaires en hausse de 6% à EUR 1.8 mrds.

Le carnet de commandes (EUR 34 mrds) représente près de cinq années de chiffre d’affaires.

La dynamique commerciale a été bonne, avec la signature de plusieurs contrats importants dans l’ensemble des zones géographiques.

La société a confirmé ses objectifs 2020 : une croissance annuelle d’au moins 5% du chiffre d’affaires et une marge d’exploitation de 7%.

Le bilan est sain et permet, potentiellement, à Alstom de réaliser d’importantes opérations de croissance externe.

Globalement les chiffres annoncés sont encourageants. Ils ne constituent pas une énorme surprise mais ils apportent une bonne visibilité sur l’évolution des résultats.

Objectif : EUR 34.-

 

Télécharger le Flash Boursier en format PDF

 

Ce document, purement informatif, se base sur des informations récoltées auprès de sources considérées comme fiables et à jour, sans garantie d’exactitude ou d’exhaustivité. Les marchés et produits financiers sont par nature sujets à des risques de pertes importants qui peuvent s’avérer incompatibles avec la tolérance au risque du lecteur. Les performances passées reflétées cas échéant dans ce document ne sont pas des indicateurs de résultats pour le futur. Ce document ne constitue pas un conseil ou une offre d’achat ou de vente de titres ou de quelque produit financier que ce soit à l’intention du lecteur et n’engage ainsi en aucun cas la responsabilité de la Banque. La Banque se réserve le cas échéant le droit de s’écarter des avis exprimés dans ce document, notamment dans le cadre de la gestion des mandats de ses clients et de la gestion de certains placements collectifs. La Banque est une banque suisse soumise à la surveillance et à la réglementation de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Elle n’est ni au bénéfice d’une autorisation, ni surveillée par un régulateur étranger. Par conséquent, la diffusion de ce document hors de Suisse, comme la vente de certains produits à des investisseurs résidents ou domiciliés hors de Suisse, peuvent être soumis à des restrictions ou à d’éventuelles interdictions en vertu de lois étrangères. Il incombe au lecteur de se renseigner quant à son statut à cet égard et de respecter les lois et règlements qui le concernent. Nous vous conseillons de consulter des conseillers professionnels qualifiés notamment en matière juridique, financière et fiscale pour déterminer votre position par rapport au contenu de la présente publication.