loading

29/05/2017

Flash boursier

En savoir plus

Flash boursier

29/05/2017

L’essentiel en bref

 USD/CHFEUR/CHFSMIEURO STOXX 50DAX 30CAC 40FTSE 100S&P 500NASDAQNIKKEIMSCI Emerging markets
Dernier0.971.099'042.033'579.0212'602.185'336.647'547.632'415.826'210.1919'686.841'017.00
Tendance
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
%YTD-4.46%1.63%10.00%8.77%9.76%9.76%5.67%7.91%15.36%2.99%17.94%

 

En résumé :

1° Nouveaux records des actions mondiales
2° Abaissement de la notation de crédit chinoise

Enthousiasme financier sur fond d’amertume diplomatique

Alors que le sommet du G7 s’est terminé sur une note amère, les actions mondiales ont à nouveau atteint des records. Après six semaines de hausses consécutives, force est de constater que les investisseurs sont confiants sur les perspectives de la croissance mondiale, et ce même si les taux d’intérêt américains venaient à augmenter le mois prochain.

Les minutes de la Fed la semaine dernière, montrent l’établissement d’un consensus renforcé concernant, d’une part, l’augmentation du taux directeur et d’autre part, le dénouement de son bilan. D’après le communiqué, l’argentier envisagerait de laisser les positions détenues courir jusqu’à maturité, sans les réinvestir. Cela permettra un retrait graduel des excès de liquidités, tout en revenant parallèlement à une politique monétaire dite plus orthodoxe. Au cours de ce processus, nul besoin de rappeler que l’institution tiendra attentivement compte de l’évolution de l’activité économique.

Pour la première fois en trois décennies, l’agence de notation Moody’s a décidé de réduire la note de crédit de Beijing, d’un cran, à A1 avec une perspective stable. Sous le feu des critiques du ministre des finances qui accuse l’agence d’être « sous influence idéologique », Moody’s estime que le gouvernement chinois doit véritablement s’atteler à la réduction de sa gigantesque dette. Cela est d’autant plus important que la croissance ralentit et pourrait s’établir à seulement 5% au cours des cinq prochaines années – une statistique faible au vu des chiffres des dernières années : 6,7% en 2016 et 10,6%, en 2010. Attendu en baisse, l’indicateur PMI manufacturier devrait ajouter de l’huile sur le feu en confirmant cette tendance de ralentissement de l’activité.

En Europe, on prend note des événements de Taormina, qui préfigurent vraisemblablement ce à quoi ressembleront les relations internationales des prochaines années. Très bien résumée par un diplomate italien, la réunion correspondait davantage à un G6 + 1, qu’à l’habituel rassemblement des plus grands pays industrialisés. A l’instar du sommet du G20 en mars dernier, les dirigeants se sont trouvés face à une impasse avec leur partenaire américain. Bien que ces désaccords n’aient pas eu d’incidence directe sur les marchés mondiaux, on perçoit de sérieux changements qui ne manqueront pas d’influencer l’évolution de l’économie mondiale à long terme.

Ypsomed (ISIN : CH0019396990, prix : CHF 206.10)

Le fabricant de systèmes d’injection pour l’automédication publie ses résultats pour l’année fiscale 2016/2017 clos à fin mars.

Malgré le recul de 10% du cours du titre sur la nouvelle, les résultats sont très bons. Avec un bénéfice en progression de 29% et une croissance du chiffre d’affaires de 15%, le groupe démontre sa capacité à tirer profit de la forte croissance de son principal marché les injecteurs pour diabétiques.

Les perspectives pour l’année en cours devraient montrer une progression des revenus équivalent à celle de l’an passé mais une stagnation du bénéfice opérationnel. Ceci s’explique par les investissements importants consentis dans la phase de lancement de leur nouveau produit « Ypsopump ».

Ypsomed est une société de 1er plan, disposant d’une position dominante dans un marché en forte croissance. Le titre a progressé de 220% depuis 2014 contre 30% pour l’indice suisse. La prise de bénéfice en cours est donc bienvenue.

Tout retour du prix dans la zone CHF 165-170.- constituerait un point d’entrée attractif.

Microsoft (ISIN : US5949181045, prix : USD 70.-)

Microsoft est bien positionnée dans le cloud (externalisation des ressources vers des centres de stockage des données distants) avec son service commercial Azure. Les applications Office 365 et la plateforme de gestion des relations clients Dynamics 365 font l’objet d’une forte demande. Ce segment devrait continuer de supporter une solide croissance du cash-flow dans les mois/années à venir.

L’’entreprise mise, pour se distinguer d’Amazon (leader mondial avec 33% de part du marché du cloud) et la rattraper, sur le fait que les consommateurs veulent surtout une plateforme cloud hybride (mélange d’environnement privé et public) pouvant être personnalisée.

Dans le domaine en forte expansion de la diffusion en ligne de jeux vidéo, Microsoft vient de dévoiler Mixer pour concurrencer Youtube (Google) et Twitch (Amazon). Une fonctionnalité propre à Mixer est une forte interactivité entre « streamers » et spectateurs, qui peuvent agir sur la partie en cours.

Opinion : acheter, objectif USD 78.-

 

Télécharger le Flash Boursier en format PDF

 

Ce document, purement informatif, se base sur des informations récoltées auprès de sources considérées comme fiables et à jour, sans garantie d’exactitude ou d’exhaustivité. Les marchés et produits financiers sont par nature sujets à des risques de pertes importants qui peuvent s’avérer incompatibles avec la tolérance au risque du lecteur. Les performances passées reflétées cas échéant dans ce document ne sont pas des indicateurs de résultats pour le futur. Ce document ne constitue pas un conseil ou une offre d’achat ou de vente de titres ou de quelque produit financier que ce soit à l’intention du lecteur et n’engage ainsi en aucun cas la responsabilité de la Banque. La Banque se réserve le cas échéant le droit de s’écarter des avis exprimés dans ce document, notamment dans le cadre de la gestion des mandats de ses clients et de la gestion de certains placements collectifs. La Banque est une banque suisse soumise à la surveillance et à la réglementation de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Elle n’est ni au bénéfice d’une autorisation, ni surveillée par un régulateur étranger. Par conséquent, la diffusion de ce document hors de Suisse, comme la vente de certains produits à des investisseurs résidents ou domiciliés hors de Suisse, peuvent être soumis à des restrictions ou à d’éventuelles interdictions en vertu de lois étrangères. Il incombe au lecteur de se renseigner quant à son statut à cet égard et de respecter les lois et règlements qui le concernent. Nous vous conseillons de consulter des conseillers professionnels qualifiés notamment en matière juridique, financière et fiscale pour déterminer votre position par rapport au contenu de la présente publication.