loading

Flash boursier

08/05/2017

L’essentiel en bref

 USD/CHFEUR/CHFSMIEURO STOXX 50DAX 30CAC 40FTSE 100S&P 500NASDAQNIKKEIMSCI Emerging markets
Dernier0.991.099'016.663'658.7912'716.895'432.407'297.432'399.296'100.7619'445.70978.27
Tendance
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
%YTD-3.11%1.39%9.69%11.19%10.76%11.72%2.16%7.17%13.33%1.73%13.45%

 

En résumé :

1° Eloignement du risque politique
2° Marchés financiers confiants

La caresse d’un vent d’optimisme

A bien des égards, le résultat de l’élection présidentielle française restera dans les mémoires comme étant historique. Il signe la fin des anciens clivages traditionnels, incarne le renouvellement du paysage politique et fait souffler un vent d’optimisme sur un pays, trop longtemps divisé, et sur une Europe, dangereusement gangrénée par le manque de volonté politique. Le vote semble aussi marquer une évolution du nexus entre, d’une part, les doutes et, d’autre part, la confiance, décisive pour progresser.

Sans surprise, la caresse de ce vent s’est fait directement ressentir sur les marchés financiers internationaux, à commencer par les bourses asiatiques qui ont ouvert en hausse à l’annonce du scrutin. Plus spécifiquement, l’indice nippon – le Topix – a affiché son plus haut niveau depuis décembre 2015, alors que les États-Unis clôturaient la semaine dernière à un niveau record – suite à la publication de données sur l’emploi. Cependant, des vents contraires ballotent toujours certaines économies. C’est le cas de la Chine sur laquelle souffle actuellement une brise plus froide. Ceci est notamment dû aux annonces de mauvaises données économiques, faisant ainsi grimper les inquiétudes quant à sa stabilité financière.

La monnaie unique, quant à elle, s’est fortement appréciée en fin de semaine dernière sur fond d’anticipations d’une victoire d’Emmanuel Macron, et paraît à présent se stabiliser. Les investisseurs profitent, sans nul doute, d’engranger une partie des gains.

Globalement, les marchés financiers sont confiants et poursuivent ainsi leur phase haussière alimentée, entre autres, par les bonnes perspectives de la croissance mondiale, les résultats encourageants des entreprises ainsi que l’éloignement du risque politique européen. Toutefois, au vu de l’évolution des « spread » de crédit, du niveau anormalement bas de la volatilité et des fortes valorisations boursières, la prudence est toujours de mise.

Finalement, une parallèle intéressante se révèle à l’observation de l’ensemble des éléments politiques, économiques et financiers susmentionnés. Tout comme en France, dans le doute, les bonnes nouvelles ou les bons projets ne suffisent pas pour avancer et progresser. A l’instar d’un projet politique, l’économie mondiale a besoin de confiance, comme les hommes ont besoin d’oxygène et d’espoir.

Swiss RE (ISIN : CH0126881561, prix : CHF 89.45)

Le géant de la réassurance publie ses résultats du 1er trimestre. Bien que ceux-ci s’inscrivent en repli par rapport à la même période 2016, tant les primes encaissées comme le bénéfice net ressortent supérieurs aux attentes.

Le cyclone qui a touché l’Australie en mars devrait coûter près d’USD 350 mios. De manière générale, les sinistres liés aux catastrophes naturelles sont inférieurs à plus de 50% de la moyenne des dix dernières années.

Le groupe fait face à une certaine pression sur les prix, liée à la surcapacité qui prévaut dans le secteur. Swiss Re dispose d’une solide position en fonds propres lui assurant son rating AA.

Son dividende de 5.4% ainsi que son plan de rachat d’actions rendent le titre attractif. Après la correction du cours d’une dizaine de pourcent depuis le début de l’année, le prix s’est quelque peu ressaisi.

Cette configuration favorable devrait permettre au titre de retourner flirter avec la zone de CHF 100.- : acheter.

Alstom (ISIN : FR0010220475, prix : EUR 29.81)

Le groupe, recentré sur les transports après la cession de ses activités d’énergie à General Electric, a annoncé des résultats trimestriels robustes.

Aujourd’hui, les chiffres sont suffisamment solides pour que l’industriel s’autorise à nouveau à verser un dividende (EUR 0.25 par action), une première depuis 2013. Avec EUR 10 mrds de commandes pour la troisième année consécutive, Alstom a maintenant atteint des positions de leader sur l’ensemble des continents.

La société a également confirmé ses objectifs pour 2020 : une croissance organique de 5% par an du chiffre d’affaires et une marge d’exploitation d’environ 7%. Alstom va poursuivre sa stratégie qui consiste à proposer aux clients des systèmes complets, incluant par exemple des systèmes de signalisation ou la maintenance, et pas seulement la vente du seul matériel roulant (tramways, métros ou trains).

Ces activités complémentaires devraient représenter 60% du chiffre d’affaires d’ici 2020. La société a bien assaini son bilan et détient un carnet de commande impressionnant.

Garder, objectif : EUR 32.-

 

Télécharger le Flash Boursier en format PDF

 

Ce document, purement informatif, se base sur des informations récoltées auprès de sources considérées comme fiables et à jour, sans garantie d’exactitude ou d’exhaustivité. Les marchés et produits financiers sont par nature sujets à des risques de pertes importants qui peuvent s’avérer incompatibles avec la tolérance au risque du lecteur. Les performances passées reflétées cas échéant dans ce document ne sont pas des indicateurs de résultats pour le futur. Ce document ne constitue pas un conseil ou une offre d’achat ou de vente de titres ou de quelque produit financier que ce soit à l’intention du lecteur et n’engage ainsi en aucun cas la responsabilité de la Banque. La Banque se réserve le cas échéant le droit de s’écarter des avis exprimés dans ce document, notamment dans le cadre de la gestion des mandats de ses clients et de la gestion de certains placements collectifs. La Banque est une banque suisse soumise à la surveillance et à la réglementation de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Elle n’est ni au bénéfice d’une autorisation, ni surveillée par un régulateur étranger. Par conséquent, la diffusion de ce document hors de Suisse, comme la vente de certains produits à des investisseurs résidents ou domiciliés hors de Suisse, peuvent être soumis à des restrictions ou à d’éventuelles interdictions en vertu de lois étrangères. Il incombe au lecteur de se renseigner quant à son statut à cet égard et de respecter les lois et règlements qui le concernent. Nous vous conseillons de consulter des conseillers professionnels qualifiés notamment en matière juridique, financière et fiscale pour déterminer votre position par rapport au contenu de la présente publication.