loading

Contact

Flash boursier

13/03/2017

L’essentiel en bref

 USD/CHFEUR/CHFSMIEURO STOXX 50DAX 30CAC 40FTSE 100S&P 500NASDAQNIKKEIMSCI Emerging markets
Dernier1.011.088'669.973'416.2711'963.184'993.327'343.082'372.605'861.7319'604.61926.14
Tendance
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
%YTD-0.90%0.68%5.48%3.82%4.20%2.69%2.80%5.97%8.89%2.56%7.41%

 

En résumé :

1° Hausse certaine des taux US
2° Risque politique en Europe

Premières pierres d’achoppement

La forte hausse des marchés actions et des matières premières en ce début d’année s’est heurtée à quelques obstacles la semaine dernière. En effet, les prix du pétrole se sont effondrés d’environ 9% sur trois jours après que les réserves d’or noire aient atteint de nouveaux records. Parallèlement, le marché financier américain enregistrait sa première semaine dans les chiffres rouges. Lors des prochains jours, une succession rapide d’évènements va certainement présenter plusieurs pierres d’achoppement pour les investisseurs, à commencer par le resserrement des conditions monétaires par les banques centrales.

L’accroissement des pressions sur les salaires ajouté à la robustesse des chiffres de l’emploi aux Etats-Unis, poussent la Résèrve fédérale (Fed) à relever son taux d’intérêt directeur à l’issue de sa réunion se terminant mercredi. Cette décision, bien que fortement anticipée et jugée nécessaire, pourrait menacer la poursuite des récentes performances des marchés. Ceci d’autant plus que l’argentier américain confirme une volonté de plus en plus marquée d’enchainer plusieurs hausses au cours de l’année.

Par ailleurs, les futures décisions qui seront prises par les banques centrales d’Angleterre et du Japon sont susceptibles d’emboîter le pas de leurs collègues américains, en resserant leurs conditions monétaires, confirmant ainsi le message du dernier sommet du G20 à Hangzhou : la politique fiscale doit prendre le relais sur la stimulation monétaire.

En Europe, l’intervention très optimiste du président de la Banque centrale européenne Mario Draghi a su rassurer les investisseurs quant à l’évolution de l’activité économique du Vieux continent. Cependant, la prudence reste de mise car deux éléments menacent cette image positive : d’une part, le déclenchement du processus de sortie de l’Union européenne de la Grande-Bretagne pourrait intervenir dès mardi ; d’autre part, un probable virage populiste aux élections néerlandaises pourrait mettre davantage en péril la stabilité politique de l’Union.

Au-delà des potentielles répercussions politiques pour l’Europe, ces événements ne manqueront pas d’avoir des conséquences sur l’évolution des taux, en ajoutant de la volatilité dans le marché.

Logitech (ISIN : CH0025751329, prix : CHF 29.90)

Logitech tenait la semaine dernière sa journée des investisseurs à New York. L’occasion pour l’entreprise de communiquer sur sa stratégie et le climat des affaires.

Le fabricant vaudois de périphériques récolte les fruits d’une transformation caractérisée par un recentrage de son offre et l’allégement de sa structure de coûts. Les résultats publiés à la fin janvier témoignent d’une croissance stable sur tous ses segments et dans ses trois régions géographiques.

La croissance réside aujourd’hui surtout dans les webcams, les accessoires de jeu, les haut-parleurs sans fil et les écouteurs, qui affichent tous une progression à deux chiffres. L’acquisition de l’américain Jaybird affiche un début prometteur.

L’augmentation des revenus et de la profitabilité témoigne d’une excellente santé financière de l’entreprise, avec un potentiel d’amélioration encore présent au niveau des marges, grâce à un meilleur design et une optimisation des procédés de fabrication.

Le titre reste bien orienté à la hausse, et le rachat d’actions annoncé de CHF 250mn sur trois ans devrait également soutenir le cours.

Acheter, objectif : CHF 35.-

Hugo Boss (ISIN : DE000A1PHFF7, prix : EUR 67.84)

Le groupe de prêt-à-porter allemand, confronté à une baisse de ses ventes, espère récolter cette année les premiers fruits de sa restructuration. Depuis son accession à la présidence du directoire en mai, Mark Langer, son ex-directeur financier, s’est employé à réduire massivement les coûts. L’entreprise a réalisé plus d’EUR 100 mios d’économies l’an passé. Le contrôle strict des dépenses persistera encore cette année.

Hugo Boss a lancé, l’automne dernier, une série de mesures visant à redresser ses ventes. Ce qui passe notamment par des fermetures de magasins non rentables et plus généralement par une réorientation de sa distribution.

La société anticipe désormais une stabilisation de ses ventes et un redressement de sa rentabilité en 2017. Hugo Boss s’attend à une hausse à deux chiffres du bénéfice net et du bénéfice par action pour cette année.

Après une année 2016 difficile, nous constatons que la remise en ordre commence à produire ses effets. La société dispose d’une bonne stratégie pour se concentrer sur son offre haut de gamme et pour devenir plus compétitive en termes de prix.

Garder, objectif : EUR 82.-

 

Télécharger le Flash Boursier en format PDF

 

Ce document, purement informatif, se base sur des informations récoltées auprès de sources considérées comme fiables et à jour, sans garantie d’exactitude ou d’exhaustivité. Les marchés et produits financiers sont par nature sujets à des risques de pertes importants qui peuvent s’avérer incompatibles avec la tolérance au risque du lecteur. Les performances passées reflétées cas échéant dans ce document ne sont pas des indicateurs de résultats pour le futur. Ce document ne constitue pas un conseil ou une offre d’achat ou de vente de titres ou de quelque produit financier que ce soit à l’intention du lecteur et n’engage ainsi en aucun cas la responsabilité de la Banque. La Banque se réserve le cas échéant le droit de s’écarter des avis exprimés dans ce document, notamment dans le cadre de la gestion des mandats de ses clients et de la gestion de certains placements collectifs. La Banque est une banque suisse soumise à la surveillance et à la réglementation de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Elle n’est ni au bénéfice d’une autorisation, ni surveillée par un régulateur étranger. Par conséquent, la diffusion de ce document hors de Suisse, comme la vente de certains produits à des investisseurs résidents ou domiciliés hors de Suisse, peuvent être soumis à des restrictions ou à d’éventuelles interdictions en vertu de lois étrangères. Il incombe au lecteur de se renseigner quant à son statut à cet égard et de respecter les lois et règlements qui le concernent. Nous vous conseillons de consulter des conseillers professionnels qualifiés notamment en matière juridique, financière et fiscale pour déterminer votre position par rapport au contenu de la présente publication.