loading

Flash boursier

18/12/2017

L’essentiel en bref

 USD/CHFEUR/CHFSMIEURO STOXX 50DAX 30CAC 40FTSE 100S&P 500NASDAQNIKKEIMSCI Emerging markets
Dernier0.991.169'394.713'560.5313'103.565'349.307'490.572'675.816'936.5822'553.221'118.50
Trend
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
%YTD-2.88%8.66%14.29%8.21%14.13%10.02%4.87%19.52%28.86%17.99%29.72%

 

En résumé :

1° La Fed a relevé son taux d’intervention
2° Meilleure tenue de l’économie en Amérique Latine

De l’art de lire dans les feuilles de thé

La Réserve fédérale américaine (Fed) a effectué un nouveau pas en avant dans sa politique de normalisation monétaire en relevant mercredi dernier son taux d’intervention d’un quart de point, pour le porter dans une fourchette 1.25-1.50%. Ce mouvement était largement anticipé par les marchés et rien ne fait penser que les choses auraient pu être différentes. Trois nouvelles hausses sont prévues en 2018, confirmant les estimations faites par la banque centrale en septembre dernier. La Fed a revu en hausse ses estimations de croissance économique pour 2018 et 2019, à 2.5% et 1.9-2.3% respectivement. Le taux de chômage devrait encore s’infléchir pour passer de 4.1 à 3.9% et l’inflation se stabiliser vers 2%.

La politique monétaire reste accommodante, même si la Fed a annoncé que le rythme de réduction de la taille de son bilan initiée en octobre va quelque peu accélérer. La diminution sera d’USD 20 mrds par mois à partir de janvier, un programme qui reste toutefois très lent. En mars 2018, Jerome Powell succèdera à Janet Yellen à la direction de la Fed et quatre membres votants seront aussi changés. Le directoire actuel n’est donc pas celui qui décidera. Alors, la politique monétaire sera-t-elle «dovish» ou plus «hawkish» ? Selon les perspectives graphiques du «dot plot», une représentation visuelle du niveau des taux d’intérêt à court et moyen terme prévu par chaque membre de la Fed, le taux médian atteint sera de 2.1% fin 2018 et de 2.7% fin 2019. Pour l’heure, le marché obligataire n’y croit pas trop, avec des attentes inférieures à ces niveaux. Nombre d’analystes se lancent dans l’art divinatoire de la lecture des feuilles de thé. Il s’agit de prévoir ce que voteront les quatre nouveaux membres. Il ne faudrait toutefois pas tirer de conclusions hâtives de l’observation de ces «dots» car les formations de feuilles de thé en cercles signifient habituellement frustration.

Les futures coupes d’impôts aux Etats-Unis, le sentiment étant que les deux chambres du Congrès pourraient trouver un accord avant Noël, continuent de soutenir les marchés boursiers. Les ménages américains transforment en effet rapidement toute progression de leur revenu disponible en dépenses. Pour ce qui concerne les entreprises, ceci soutient la dynamique bénéficiaire. Par ailleurs, l’activité de fusions-acquisitions devrait reprendre du terrain. Pour les investissements en actions des pays émergents, une exposition ciblée à l’Amérique Latine fait partie de nos recommandations. On y observe une meilleure tenue de l’économie et le retour de la droite parmi les dirigeants politiques (ce weekend, le milliardaire Pinera a été notamment élu au Chili) nous semble favorable à attirer plus de capitaux dans les années qui viennent.

AMS AG (ISIN : AT0000A18XM4, prix : CHF 89.10)

Le spécialiste de senseurs tenait sa journée des investisseurs la semaine passée et a confirmé la croissance attendue de ses ventes à +40% d’ici 2019.

Le titre affiche la meilleure performance de l’indice SPI sur l’année 2017 avec une progression spectaculaire de près de 210% et ce, malgré le repli de 20% enregistré depuis le 24 novembre dernier. Ce repli s’explique par la consolidation des valeurs technologiques au niveau mondial et plus spécifiquement par l’investissement d’Apple dans le cadre de son programme de soutien à l’innovation américaine.

Apple investira, via son fonds d’investissement dédié, près d’USD 390 mios dans Finisar, une société qui lui fournit des senseurs destinés, entre autres, à la reconnaissance faciale de l’iPhone X. Cet investissement porte à penser qu’Apple pourrait se concentrer à l’avenir exclusivement sur des fournisseurs américains pour ce type de composants.

Le repli du cours d’AMS dans la zone de CHF 80.- offrirait un excellent point d’entrée. Le marché des senseurs est en pleine croissance et aucun client (que ce soit Apple ou d’autres) ne peut véritablement se permettre de dépendre d’un seul fournisseur.

Acheter dans la zone CHF 80.-

Teva (ISIN : US8816242098, prix : USD 18.61)

Le titre a fortement corrigé depuis le début de l’année (-48%), suite à des résultats trimestriels décevants en août et un avertissement sur résultat au 3e trimestre.

La société, premier fabricant mondial de médicaments génériques, a annoncé, la semaine dernière, vouloir réduire ses effectifs d’un quart et suspendre le dividende dans le cadre d’une restructuration destinée à réduire son énorme dette.

Le laboratoire ploie sous une dette de près d’USD 35 mrds suite à l’acquisition d’Actavis, la filiale de générique d’Allergan, pour plus de 40 milliards de dollars. Teva a annoncé vouloir supprimer 14’000 postes au niveau mondial, essentiellement en 2018.

Le groupe israélien veut réduire ses charges d’USD 3 mrds d’ici fin 2019. Celles-ci sont estimées à plus d’USD 16 mrds cette année.

Les investisseurs ont salué ce plan, le titre s’est envolé de 13% suite à l’annonce.

Le cours boursier de Teva connait une forte volatilité, mais sa valorisation modeste (cinq fois les bénéfices) peut le rendre attractif pour les investisseurs les plus enclins au risque.

 

Télécharger le Flash Boursier en format PDF

 

Ce document, purement informatif, se base sur des informations récoltées auprès de sources considérées comme fiables et à jour, sans garantie d’exactitude ou d’exhaustivité. Les marchés et produits financiers sont par nature sujets à des risques de pertes importants qui peuvent s’avérer incompatibles avec la tolérance au risque du lecteur. Les performances passées reflétées cas échéant dans ce document ne sont pas des indicateurs de résultats pour le futur. Ce document ne constitue pas un conseil ou une offre d’achat ou de vente de titres ou de quelque produit financier que ce soit à l’intention du lecteur et n’engage ainsi en aucun cas la responsabilité de la Banque. La Banque se réserve le cas échéant le droit de s’écarter des avis exprimés dans ce document, notamment dans le cadre de la gestion des mandats de ses clients et de la gestion de certains placements collectifs. La Banque est une banque suisse soumise à la surveillance et à la réglementation de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Elle n’est ni au bénéfice d’une autorisation, ni surveillée par un régulateur étranger. Par conséquent, la diffusion de ce document hors de Suisse, comme la vente de certains produits à des investisseurs résidents ou domiciliés hors de Suisse, peuvent être soumis à des restrictions ou à d’éventuelles interdictions en vertu de lois étrangères. Il incombe au lecteur de se renseigner quant à son statut à cet égard et de respecter les lois et règlements qui le concernent. Nous vous conseillons de consulter des conseillers professionnels qualifiés notamment en matière juridique, financière et fiscale pour déterminer votre position par rapport au contenu de la présente publication.