loading

Flash boursier

02/05/2017

L’essentiel en bref

 USD/CHFEUR/CHFSMIEURO STOXX 50DAX 30CAC 40FTSE 100S&P 500NASDAQNIKKEIMSCI Emerging markets
Dernier0.991.088'812.673'559.5912'438.015'267.337'203.942'384.206'047.6119'196.74977.96
Tendance
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
%YTD-2.46%1.18%7.21%8.18%8.34%8.33%0.86%6.49%12.34%0.43%13.42%

 

En résumé :

1° Peu d’accélération de l’activité aux USA
2° Moins de volatilité sur le marché des changes

L’optimisme peine à se concrétiser

Depuis la victoire électorale de Trump, les indices mesurant la confiance des consommateurs et des chefs d’entreprises se sont envolés. Cet enthousiasme qui frise l’euphorie ne trouve cependant pas encore sa concrétisation dans l’évolution réelle de l’économie.

En effet, les mesures de l’activité aux États-Unis ne montrent encore que peu d’accélération de la croissance, de la création d’emploi ou des ventes au détail. Ceci à l’image de la publication vendredi dernier du PIB américain au premier trimestre, en progression d’un maigre 0.7%. Ce décalage entre attentes et réalité est probablement à mettre en relation avec les nombreux volte-face du nouveau locataire de la Maison Blanche observés depuis le début de l’année. Ainsi, les acteurs de l’économie, bien que confiants, hésitent à traduire leur optimisme en actions, la direction dans laquelle doivent s’opérer les investissements n’étant pas particulièrement claire. Il faudra donc probablement encore plusieurs mois, voire trimestres et plus de visibilité sur les options politiques pour que les entreprises prennent le risque d’investir plus massivement sur le sol américain. D’ici là, le marché se nourrira d’attentes et d’espoir.

Le manque de ressort de l’économie est confirmé d’un côté par l’évolution des taux d’intérêt qui flirtent avec le plus bas de l’année à 2.30% pour les emprunts du gouvernement américain à 10 ans, de l’autre par les prix du pétrole qui sont repassés au-dessous des USD 50. Les actions, par contre, sont plus liées au sentiment des investisseurs et elles reflètent aujourd’hui la confiance dans l’avenir en progressant fortement. Baisses d’impôt, relance de l’investissement dans l’infrastructure, retour de la production sur le sol américain restent les objectifs au centre du programme présidentiel. Les perspectives pour l’économie, basées sur la réalisation de ces éléments, sont évidemment réjouissantes. Il ne reste qu’à réussir à les implémenter, ce qui implique de gagner bien des batailles !

Si les Etats-Unis retiennent toujours l’attention, il ne faut pas oublier de relever la levée de nombreuses incertitudes dans le reste du monde. En Europe, le séisme politique n’a pas eu lieu, en Chine l’activité demeure soutenue et au Japon on a retrouvé le chemin de la croissance. Enfin, les monnaies semblent avoir trouvé un niveau d’équilibre et ainsi la volatilité sur le marché des changes s’est considérablement réduite. L’environnement demeure favorable et les actifs à risque devraient continuer à attirer les investisseurs, même si certaines valorisations peuvent paraitre aujourd’hui élevées.

Novartis AG (ISIN : CH0012005267, prix : CHF 76.55)

Le géant pharmaceutique bâlois a publié ses résultats sur le premier trimestre 2017, qui étaient globalement conformes aux attentes des analystes. Le chiffre d’affaires s’est inscrit en légère baisse de 1% par rapport au premier trimestre de l’année passée. Toutefois à taux de change constants, les ventes ont progressé de 2%.

C’est au niveau de la rentabilité que les choses se sont un peu détériorées. Le bénéfice net au premier trimestre est en recul de 17%, impacté par l’érosion causée par les génériques, et par les dépenses liées à sa filiale Alcon. Les coûts dus à la commercialisation de son médicament Entresto (traitement contre l’insuffisance cardiaque), ont aussi contribué négativement.

Les prévisions pour l’année en cours ont été confirmées par le groupe, à savoir un chiffre d’affaires identique à celui de 2016. Novartis reste attractive à détenir en portefeuille en absolu, et également en relatif par rapport à Roche en regard de l’évolution du ratio de prix des deux titres.

Recommandation : acheter, objectif CHF 85.-

Alphabet INC-CL C (ISIN : US02079k1079, prix : USD 912.60)

Alphabet continue de reporter des résultats impressionnants, nettement au-dessus des attentes dans de nombreux segments. Le chiffre d’affaires est ressorti à USD 24.75 mrds. Le profit s’est inscrit en hausse de 22% au premier trimestre, avec un bénéfice par action d’USD 7.73. La marge d’exploitation s’est légèrement améliorée avec une meilleure maîtrise des coûts.

Les recettes publicitaires ne montrent pas de signes de ralentissement. Elles ont dopé une fois de plus les chiffres avec une augmentation significative du nombre de clics effectués sur applications mobiles (+44%).

YouTube a affiché une forte croissance, ce malgré le boycott par plusieurs annonceurs estimant que certains contenus inappropriés passent à cause du manque de sécurité de l’application. La compagnie a pris des mesures pour réduire ce problème.

Les ventes ont aussi beaucoup progressé (+49% sur un an) dans le segment « Other revenue » qui inclut le hardware, Google Play et l’activité Google Cloud, en forte expansion.

Recommandation : acheter, objectif USD 1’100.-

 

Télécharger le Flash Boursier en format PDF

 

Ce document, purement informatif, se base sur des informations récoltées auprès de sources considérées comme fiables et à jour, sans garantie d’exactitude ou d’exhaustivité. Les marchés et produits financiers sont par nature sujets à des risques de pertes importants qui peuvent s’avérer incompatibles avec la tolérance au risque du lecteur. Les performances passées reflétées cas échéant dans ce document ne sont pas des indicateurs de résultats pour le futur. Ce document ne constitue pas un conseil ou une offre d’achat ou de vente de titres ou de quelque produit financier que ce soit à l’intention du lecteur et n’engage ainsi en aucun cas la responsabilité de la Banque. La Banque se réserve le cas échéant le droit de s’écarter des avis exprimés dans ce document, notamment dans le cadre de la gestion des mandats de ses clients et de la gestion de certains placements collectifs. La Banque est une banque suisse soumise à la surveillance et à la réglementation de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Elle n’est ni au bénéfice d’une autorisation, ni surveillée par un régulateur étranger. Par conséquent, la diffusion de ce document hors de Suisse, comme la vente de certains produits à des investisseurs résidents ou domiciliés hors de Suisse, peuvent être soumis à des restrictions ou à d’éventuelles interdictions en vertu de lois étrangères. Il incombe au lecteur de se renseigner quant à son statut à cet égard et de respecter les lois et règlements qui le concernent. Nous vous conseillons de consulter des conseillers professionnels qualifiés notamment en matière juridique, financière et fiscale pour déterminer votre position par rapport au contenu de la présente publication.