loading

Flash boursier

18/04/2017

L’essentiel en bref

 USD/CHFEUR/CHFSMIEURO STOXX 50DAX 30CAC 40FTSE 100S&P 500NASDAQNIKKEIMSCI Emerging markets
Dernier1.011.078'629.023'448.2612'109.005'071.107'327.592'328.955'805.1518'426.84962.85
Tendance
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
%YTD-1.39%-0.38%4.98%4.79%5.47%4.29%2.59%4.03%7.84%-3.60%11.66%

 

En résumé :

1° Hausse des tensions internationales
2° La perspective d’un second tour entre Le Pen et Mélenchon donne des palpitations aux marchés

Baromètre des craintes macro et politiques en hausse

L’actualité internationale est restée au centre de l’attention. Le climat d’aversion au risque a persisté dans le sillage des frappes aériennes en Syrie, du largage par les américains d’une «méga-bombe» en Afghanistan, de la parade de la Corée du Nord avec le lancement manqué d’un missile, des retombées potentielles du résultat du referendum en Turquie et de l’approche du 1er tour des élections françaises. Les devises refuge comme le franc suisse et le yen se sont appréciés et les taux obligataires gouvernementaux à dix ans des principaux marchés ont poursuivi leur mouvement de repli.

La victoire contestée du « oui » pour Erdogan (51,4% selon les chiffres provisoires) au referendum qui demandait un renforcement de ses pouvoirs pour faire de lui un super président (avec suppression du poste de premier ministre) laisse augurer d’un durcissement des relations déjà tendues avec l’Union européenne.

L’issue du premier tour de l’élection présidentielle française le 23 avril, encore très incertaine, continue d’alimenter la nervosité. Elle est vue comme déterminante pour l’avenir de l’Union européenne et de l’euro, ce qui entraîne une attitude défensive des investisseurs. Les marchés privilégieraient une victoire de Macron ou de Fillon qu’ils estiment plus rassurante alors que la perspective d’un second tour entre Le Pen, qui bénéficie d’une base politique solide, et Mélenchon, dont la cote de popularité monte, leur donne des palpitations.

La hausse des tensions internationales a plutôt été négative pour les actions et les indices de volatilité ont augmenté. En outre, la capacité de Trump à mettre en place un plan de dépenses budgétaires inflationnistes est mise en doute. Ses derniers propos, laissant entendre qu’il souhaite que la FED maintienne des taux bas et qu’il s’inquiète de la force du dollar, ont aussi eu leur effet. Les marchés boursiers devraient revenir aux fondamentaux avec la saison des résultats d’entreprises amorcée aux Etats-Unis. Selon l’institut Factset, les bénéfices des sociétés du S&P500 devraient progresser en moyenne de 9,2% au premier trimestre. Les banques qui ont publié leurs chiffres jeudi dernier comme JP Morgan et Citigroup se situaient au-dessus des attentes, ce qui est encourageant.

Givaudan (ISIN : CH0010645932 / prix CHF : 1897.-)

Le leader mondial des parfums et arômes termine la semaine en hausse de plus de 4%, suite à la publication de ses résultats sur le premier trimestre. Le chiffre d’affaires s’inscrit en hausse de 3.5% sur une base comparable à CHF 1.24 milliards. Ceci constitue une surprise, car les analystes s’attendaient en moyenne à une progression de 1.5% sur la période.

En règle générale, les deux divisions (parfums et arômes) contribuent presque de manière égale au chiffre d’affaires. Au cours du 1er trimestre, le segment arômes a progressé de 4.8% tandis que les parfums ont gagné 2.1%. En termes de régions, c’est surtout l’Amérique du Nord qui a contribué à l’excellente performance sur le trimestre.

Le groupe a de plus confirmé ses objectifs à moyen terme, c’est-à-dire une croissance de 4-5% du chiffre d’affaires à horizon 2020. La politique actuelle en matière de dividende sera également maintenue. Suite à la récente performance du titre, Givaudan a quelque peu rattrapé son retard sur le SMI depuis le début d’année. Mais le titre est relativement chèrement évalué. Compte tenu de la croissance prévue à moyen terme, le ratio cours/bénéfice reste élevé. 

Achat sur faiblesse.

Apple (ISIN : US0378331005, Prix USD 141.83)

La société examine la possibilité de prendre une participation de plus de 20% dans la filiale de mémoires de Toshiba, en proie à de graves difficultés financières. 

Toshiba est le deuxième fournisseur mondial de mémoires derrière Samsung, notamment pour les iPhones et iPad.

Apple effectuerait cet investissement en partenariat avec Foxconn, l’un des principaux sous-traitant pour la fabrication de l’iPhone.

La marque à la pomme ne serait pas la seule intéressée, Broadcomm aurait proposé 2’500 milliards de yen (21.5 milliards d’euros) pour ce pôle.

De plus, Apple a obtenu un permis pour tester des voitures autonomes en Californie.

Le groupe vient rallonger une liste réunissant constructeurs automobiles (Ford, Volkswagen, Daimler, Tesla et GM) et grands noms de la technologie (Google) qui veulent être les premiers à lancer sur le marché des véhicules capables de rouler sans conducteur.

Garder, Objectif : USD 160

 

Télécharger le Flash Boursier en format PDF

 

Ce document, purement informatif, se base sur des informations récoltées auprès de sources considérées comme fiables et à jour, sans garantie d’exactitude ou d’exhaustivité. Les marchés et produits financiers sont par nature sujets à des risques de pertes importants qui peuvent s’avérer incompatibles avec la tolérance au risque du lecteur. Les performances passées reflétées cas échéant dans ce document ne sont pas des indicateurs de résultats pour le futur. Ce document ne constitue pas un conseil ou une offre d’achat ou de vente de titres ou de quelque produit financier que ce soit à l’intention du lecteur et n’engage ainsi en aucun cas la responsabilité de la Banque. La Banque se réserve le cas échéant le droit de s’écarter des avis exprimés dans ce document, notamment dans le cadre de la gestion des mandats de ses clients et de la gestion de certains placements collectifs. La Banque est une banque suisse soumise à la surveillance et à la réglementation de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Elle n’est ni au bénéfice d’une autorisation, ni surveillée par un régulateur étranger. Par conséquent, la diffusion de ce document hors de Suisse, comme la vente de certains produits à des investisseurs résidents ou domiciliés hors de Suisse, peuvent être soumis à des restrictions ou à d’éventuelles interdictions en vertu de lois étrangères. Il incombe au lecteur de se renseigner quant à son statut à cet égard et de respecter les lois et règlements qui le concernent. Nous vous conseillons de consulter des conseillers professionnels qualifiés notamment en matière juridique, financière et fiscale pour déterminer votre position par rapport au contenu de la présente publication.