loading

Flash boursier

10/04/2017

L’essentiel en bref

 USD/CHFEUR/CHFSMIEURO STOXX 50DAX 30CAC 40FTSE 100S&P 500NASDAQNIKKEIMSCI Emerging markets
Dernier1.011.078'640.913'495.8012'225.065'135.287'349.372'355.545'877.8118'664.63961.61
Tendance
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
%YTD-1.07%-0.26%5.12%6.24%6.48%5.61%2.89%5.21%9.19%-2.35%11.52%

 

En résumé :

1° Hausse du prix du pétrole
2° Saison des résultats des banques aux USA

Résilience des marchés sur fond de regain de tensions géopolitiques

Politique du fait accompli à Washington, grandes manœuvres en Syrie comme dans la péninsule coréenne et décomposition du champ politique en Europe : les tensions géostratégiques et politiques s’accentuent sur le globe alors que les marchés financiers démontrent une forme de résilience.

Tout d’abord, la démonstration de force du président Donald Trump contre une base aérienne de Bashar al-Assad aura, entre autres, conduit à une hausse des actifs défensifs, comme l’or et le yen japonais et les obligations.  Le cours du pétrole a aussi été renforcé. L’or noir a enregistré une augmentation de plus de 5% sur la semaine, déjà poussé par une amélioration des fondamentaux liée au resserrement de l’écart entre l’offre et la demande. La perspectives de nouvelles coupes lors de la réunion de l’OPEP du 25 mai prochain pourrait amplifier le mouvement haussier.

Les marchés ont aussi gardé la tête froide lors de la publication des chiffres de création d’emploi ainsi que des minutes de la Réserve fédérale (Fed). Le communiqué de la Fed a montré que ses membres envisagent – en plus de la hausse des taux – une réduction de la taille du bilan de l’institution. Bien que ceci ait d’abord pu inquiéter les investisseurs, ces discussions confirment une croissance américaine vigoureuse, en avance sur le cycle économique par rapport à l’Europe. Elles montrent donc que l’économie est prête à retourner à la normale. Quant à la création d’emploi, elle était décevante mais vraisemblablement prévisible au vu de l’amélioration graduelle du taux de chômage, s’établissant seulement à 4,5% - son niveau le plus bas au cours des dix dernières années.

Cette semaine, les regards seront tournés vers le président turc, Recep Tayyip Erdogan, qui cherchera à renforcer son pouvoir sur le plan intérieur avec le référendum constitutionnel. Beaucoup craignent un affaiblissement de la tradition démocratique, émasculant le parlement, au profit d’un pouvoir exécutif omnipotent. Par ailleurs, les grandes banques américaines inaugureront la saison des résultats et le Royaume-Uni livrera les données très attendues sur l’inflation. En effet, ces dernières fourniront davantage d’information sur les effets du « Brexit », en confirmant (ou infirmant) la préoccupante tendance observée du renforcement du niveau des prix depuis le vote.

Galenica Santé (ISIN : CH0360674466, prix : CHF 43.-)

Galenica Santé a fait son entrée en bourse vendredi. L’ancienne maison mère, Galenica, donne dès lors naissance à deux entités :

  • Vifor Pharma, spécialisé dans l’élaboration de médicaments et
  • Galenica Santé (qui s’appellera simplement Galenica), qui regroupe les activités de distribution de médicaments.

Le prix était fixé à CHF 39 par action, dans le haut de la fourchette proposée, valorisant ainsi la société à 1.95 milliards de francs suisses.

La prospérité de Galenica Santé est fonction de la croissance des marges dans le plus grand réseau de pharmacies en Suisse, de la vente de ses produits et du cash-flow récurrent provenant du négoce de gros.

Le principal intérêt pour les investisseurs réside dans le rendement du titre, estimé à 4%. La direction s’attend à une croissance organique de 1% à 2% sur les trois prochaines années ainsi qu’à une amélioration des marges.

L’opération a été un grand succès et le titre a été plébiscité par les investisseurs : Galenica Santé a clôturé à CHF 43.

 

Achat sur faiblesse.

Tesla Motors(ISIN : US88160R1014, prix: USD 302.54)

Alors que Tesla, le spécialiste de la voiture électrique, n’a écoulé que 76’230 voitures en 2016 – contre 10 millions pour General Motors- sa capitalisation boursière (49.53 milliards de dollars) est en passe de rattraper celle de General Motors (51.34 milliards de dollars) et a déjà dépassé celle de Ford (45.4 milliards de dollars).

Le cours de Tesla a été récemment porté par une progression des chiffres de livraison au premier trimestre – soit 25’000 véhicules- alors que ses concurrents sur le marché américain ont fait face à un net ralentissement des ventes.

Tesla opère dans des secteurs à forte croissance comme les véhicules électriques, le solaire et le stockage d’énergie. Clairement, ses ratios de valorisation défient la gravité. Le cours boursier semble injustifié dans la mesure où la compagnie n’est toujours pas profitable, ne distribue aucun dividende et puise dans ses réserves de trésorerie à une vitesse impressionnante.

Mais ces dépenses massives d’infrastructure sont nécessaires dans une industrie aussi intensive en capital. Elles font probablement partie d’un plan stratégique qui pourrait, à terme, permettre une production plus élevée et des économies d’échelle, avec une amélioration des marges et un bénéfice.

Opinion : spéculatif, objectif USD 340.-

 

Télécharger le Flash Boursier en format PDF

 

Ce document, purement informatif, se base sur des informations récoltées auprès de sources considérées comme fiables et à jour, sans garantie d’exactitude ou d’exhaustivité. Les marchés et produits financiers sont par nature sujets à des risques de pertes importants qui peuvent s’avérer incompatibles avec la tolérance au risque du lecteur. Les performances passées reflétées cas échéant dans ce document ne sont pas des indicateurs de résultats pour le futur. Ce document ne constitue pas un conseil ou une offre d’achat ou de vente de titres ou de quelque produit financier que ce soit à l’intention du lecteur et n’engage ainsi en aucun cas la responsabilité de la Banque. La Banque se réserve le cas échéant le droit de s’écarter des avis exprimés dans ce document, notamment dans le cadre de la gestion des mandats de ses clients et de la gestion de certains placements collectifs. La Banque est une banque suisse soumise à la surveillance et à la réglementation de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Elle n’est ni au bénéfice d’une autorisation, ni surveillée par un régulateur étranger. Par conséquent, la diffusion de ce document hors de Suisse, comme la vente de certains produits à des investisseurs résidents ou domiciliés hors de Suisse, peuvent être soumis à des restrictions ou à d’éventuelles interdictions en vertu de lois étrangères. Il incombe au lecteur de se renseigner quant à son statut à cet égard et de respecter les lois et règlements qui le concernent. Nous vous conseillons de consulter des conseillers professionnels qualifiés notamment en matière juridique, financière et fiscale pour déterminer votre position par rapport au contenu de la présente publication.